La Fleuj2019-01-24T11:12:35+00:00

Project Description

Réseaux sociaux

Plasticien
Planet X

Originaire de la Planète X, La Fleuj est un plasticien xénomorphe autodidacte travaillant différents médiums comme la peinture, la sculpture, la vidéo ou le maquillage d’effets spéciaux. Son travail érige des passerelles entre des univers fantastiques multiples et diverses questions touchant à la société contemporaine.

Parallèlement au graffiti qu’il débute à la fin des années 90, il entame une formation en maquillage artistique à partir de 2003 lui permettant de travailler et de collaborer avec de nombreux artistes,  dans le domaine du cinéma, de la photographie, de la musique, des clips ainsi que du théâtre et de l’opéra.

Diplômé d’un BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), il exerce la fonction d’animateur/médiateur dans le secteur du socioculturel depuis 10 ans avec la création de projets artistiques et culturels en direction de différents publics en France et en Afrique de l’Ouest. Créateur et directeur artistique de l’association La Sauce Production, plate-forme artistique pluridisciplinaire réunissant artistes, muralistes, vidéastes, maquilleurs et artisans proposant workshops et créations via des partenariats et collaborations audiovisuelles.

C’est une première série amorcée en 2009 qui vient marquer l’identité d’une pratique artistique en perpétuelle mouvement. Par une approche explicite, à la fois violente et dérangeante de la chair et de l’organique, il pose les fondements de  son travail visuel interrogeant la transformation physique et morale subite, assimilée ou acceptée. Ses « gueules-cassées » majoritairement peintes sur murs (usines désaffectées) et sur toiles, sont alors le fruit d’une analyse sur la fabrique du « monstre » dans notre société: comment nait-il, comment le définir et quelle est sa place dans un monde qui mute et se fissure constamment?

En 2013, à Ouagadougou, il réalise le film « Segtaab Rap Au pays des hommes intègres », qui transmet musique et témoignages de rappeurs d’Europe et d’Afrique de l’ouest, un an avant l’insurrection populaire au Burkina Faso.

En 2014, il poursuit sa réflexion avec de nouveaux personnages hybrides. Par le prisme de l’érotisme, La Fleuj crée un multiculturalisme science-fictionnel en interrogeant le regardeur sur sa position de « voyeuriste » imposée face à l’intimité de créatures mutantes, aliennes, ou androïdes sexuées assumant leurs actes et leurs orientations. Dans cette série nommée « She Live », il y a cette volonté de faire coexister le réel et l’imaginaire où toute l’intention est portée sur le mouvement à travers le cadre, comme une invitation à pénétrer l’intimité.

[ ENGLISH ]

Originally coming from planet X, La Fleuj is an autodidact xenomorphic plastician working with different means like painting, sculpture, video film and special effect makeup. His works draw bridges between multiple Sci-Fi universes and subjects related to various contemporary society.

Together with the Graffiti scene that he developed at the end of the 90s, he took a course in artistic makeup in 2003 helping him to work and collaborate with a number of artists from various fields such as cinematography, photography, music, video clips, theatre as well as opera scenes.

He graduated with a Diploma of BPJEPS (« Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport »), and has worked as a social worker in the socio-cultural area for about 10 years. He participated in the creation of artistic and cultural projects with people living in France and West Africa. He is also the creator and the artistic director of La Sauce Production, a multidisciplinary artistic platform which gathers artists, muralists, videographers, makeup artists and artisans. The association conducts workshops through partnership and audiovisual collaborations.

The first series that started in 2009 has shaped his identity of having an artistic practice always on the move. With an explicit approach, from a violent and uncomfortable flesh and organic perspective, he builds the foundations of his works by interrogating physical and moral transformation, whether it is submitted, assimilated or whether it is accepted. His “gueules-cassées” mainly painted on walls (in abandoned  factories) or on canvas, question the maker of  “monster” in our contemporary society – how was the “monster” born, how to define it  and what exactly its role is in the world that constantly mutates and cracks all around?

In 2013 in Ouagadougou, and just one year before the population riots in Burkina Faso, he decided to direct the movie “Segtaab Rap Au pays des hommes intègres” mainly based on music and testimonials from European and West African rappers.

In 2014 he continued his reflection using new hybrid characters. Using the image of the erotic prism, La Fleuj created a world of Sci-Fimulticulturalism by interrogating the role of the watcher and his imposed voyeurism against the intimacy of mutant creatures, aliens or sexed androids which fully undertake their acts and orientations. The series called “She Live” showed the will of making the coexistence possible between reality and imagination where the main intention is to focus on the movement through the [setting] – as similar as an invitation to penetrate intimacy.